Renseignements

Assez de corde pour se pendre


Dialogues de sourds sur fond alcoolisé.

Et si la vie n'était qu'une longue suite de dialogues de sourds ?

Créés dans les années 1930, les personnages de Dorothy Parker nous semblent étrangement proches. Les codes sociaux ont changé mais les comportements que l'auteur décrit échappent aux modes passagères et révèlent ce qu'il y a de pathétique, de dérisoire et d'immuable dans la condition humaine.
Son écriture impitoyable ne laisse rien passer et surtout pas l'absurdité des relations entre les hommes et les femmes. Ensemble et profondément seuls, ils s'agitent, s'enivrent, se donnent l'impression d'exister et ne font que se conformer, toujours plus, à une sorte de caricature d'eux-mêmes.

- Hé, où vous cachiez-vous pendant toute ma vie? Il y en a d'autres comme vous à la maison?
- C'est tout ce qu'il y a. Yen a pas d'autre.
- J'en suis ravi. Une comme vous c'est bien assez. Quelconque objection à ce que je m'assoie ?
- Faites donc. Ça soulagera vos pieds de leur fardeau.
- Autant m'asseoir avant de m'écrouler sur vous, pas vrai ?
Hélène Dedryvère Carlos Nogaledo
Carlos Nogaledo
Regardez Freddy comme il fronce les sourcils!
Il doit s'imaginer qu'on est en train d'élaborer
un plan pour nous enfuir tous les deux,
à nous voir rester assis si longtemps.
Le rasoir fait trop mal.
Les rivières sont froides.
Les armes sont illégales.
Le poison rend malade.
L'acide fait des tâches.
Le gaz, ça empeste.
Toutes les cordes lâchent.
Alors qu'est ce qu'il reste ?
Autant vivre.

Photos Boels

Assez de Corde pour se pendre est une adaptation de six nouvelles parues dans les recueils Laments for the Living et After such pleasures qui sont autant de diamants étincelants et coupants :

Coup de téléphone.
Quel Dommage !
Récit de voyage.

La chape de compliments.
Conversation à trois heures du matin.

Mauvaise journée demain.



Création : février 2004 au centre culturel des Minimes à Toulouse.

Assez de corde pour se pendre a été présenté 32 fois à BORDEAUX, POITIERS, SAINT-ALBAN (31), BALMA (31), LESCAR (64) ainsi que sur les scènes toulousaines du Chapeau rouge, de la Cave Poésie du Théâtre du Grand-Rond.

Mise en scène collective avec l'oeil complice de Valérie Joaquim et la participation de Gaëlle Levallois

Interprètes : Hélène Dedryvère, Delphine Alvado, Carlos Nogaledo, Jérôme Thibault.

Lumières : Philippe Jaubert
Mixage sons : Ousman N'dong
Photos : Hela Hadj ali, Michel Pomme
Affiche : Anne Jourdain

La compagnie Koikadi ? tient à remercier la "National Association for Advancement of Colored People", pour nous avoir donné l'autorisation d'utiliser l'oeuvre de Dorothy Parker et Altissimo pour son aide à la création des décors

Ce spectacle est soutenu par

 

Carlos Nogaledo Jérôme Thibault Gaëlle Levallois